Aller au contenu principal

Institutions, actions et logiques de pouvoir

Dans l’axe 2 « institutions, actions et logiques de pouvoir » convergent deux lignes de recherches : les enquêtes sociologiques sur l’impact des politiques publiques et les analyses historiques sur les dynamiques politiques, considérées en dehors de leur dimension spatiale (contrairement à l’axe 1). Cette convergence, qui vise à favoriser la collaboration interdisciplinaire, se fonde sur le constat que dans les deux cas, les recherches interrogent l’interaction entre institutions formelles et informelles (villes, institutions locales, États et organisations internationales, partis, organisations, groupes d’intérêt). Les résultats atteints dans le précédent contrat suggèrent de mettre au centre de l’attention la pluralité des sujets politiques impliqués, pluralité particulièrement présente dans le contexte urbain qui sert de cadre à la plupart des analyses.

La considération de cette pluralité permettra d'éviter la réduction du jeu politique à l'opposition rigide entre institutions publiques et acteurs privés, insuffisante pour comprendre les sociétés du passé comme celles contemporaines. Pour interpréter cette complexité des acteurs de la sphère publique, les recherches de cet axe s'articuleront autour de trois thèmes interconnectés : les moments de redéfinitions, les conflits et les représentations.

Participant·es à l'axe 2

Valérie Auclair, Audrey Bertrand, Thierry Bonzon, Maud Chirio, Cécile Collinet, Matthieu Delalandre, Gabrielle Frija, Jeanne-Maud Jarthon, Mathilde Larrère, Vincent Lemire, Georges Lomné, Giuliano Milani, Frédéric Moret, Marion Philippe, Jérémy Pierre, Diane Roussel, Pierre-Olaf Schut